copied 3d url is missing successfully copied to clipboard
  • SHOP EN LIGNE DYNAFIT Original
  • Échange gratuit dans les 30 jours
  • 66% des produits DYNAFIT sont fabriqués dans les Alpes

Trail Running | 21.08.2019 | Simone Eydallin | Photos by damianobenedettophoto

5 SUMMITS - 1 RECORD

Un défi relevé sur les sommets du Val de Suse, région montagneuse dans laquelle vit Simone Eydallin. Un circuit composé de 5 ascensions pour un total de 26km et 7000m de dénivelé positif, avec comme objectif ambitieux un chrono en dessous de 5 heures.  

UN NOUVEAU RECORD EN SKY RUNNING

PREMIÈRE ÉTAPE:OULX (1100m) – MONT SÉGURET (2926m),6km / 1826m/d+

 

Toutes les difficultés du défi, que je craignais tellement, n’ont pas tardé à se présenter. Après avoir quitté le village d’Oulx, je commence à courir, ce qui n’est pas mon point fort, le long du sentier de ce qui sera l’étape la plus dure, tant en termes de distance que de dénivelé. Je ne me sens pas très bien, je suis fatigué.

 

Les efforts se font particulièrement intenses dans le couloir menant au sommet du mont Séguret, avec son inclinaison de 50 ou 60%, et je commence à réaliser vraiment ce qui m’attend durant les jours à venir. Je fais tout pour me focaliser uniquement sur ma performance dans ces moments extrêmement durs. J’essaie de me convaincre de ne pas penser aux autres jours. Je me promets de me concentrer sur le moment présent, jour après jour, pas après pas. J’aperçois le sommet, je l’atteins et je me retrouve en face de l’homme qui m’a tant inspiré et enseigné jusque-là, mon père, qui malgré son âge a décidé de gravir les 1800m de dénivelé pour m’encourager et me soutenir jusqu’à la fin. Quel père extraordinaire!

 

En pensant à lui et à Emily, j’ai atteint mon premier objectif en 1 heure et 21 minutes. Il m’aura fallu 2 minutes de plus que mon meilleur temps sur ce parcours, mais ce n’est pas ce qui comptait à ce moment, parce qu’il reste encore beaucoup à faire.

Optional peak bagging – a bonus for the highly motivated

Je me suis senti bien. Je savais que je pouvais signer une bonne performance et j’étais sûr que la journée allait bien se passer.

Via Valais: Overview of the stages

TROISIÈME ÉTAPE:SAUZE D’OULX (1509m) – MONT GENEVRIS (2536m),3.2km / 1027m/d+

 

La nuit n’a pas été facile. Les efforts et la fatigue des deux premiers jours se sont fait sentir et m’ont empêché de bien me reposer. J’essaie de ne pas y penser en me levant et je commence mon échauffement. Je constate heureusement que la machine répond à mes sollicitations et que la journée sera bonne. Il y a du monde le long du parcours, les personnes crient, me suivent et me motivent. Leur enthousiasme me donne des ailes et j’ai l’impression de voler. Je rejoins le phare historique au sommet à pleine vitesse et je consulte mon chrono: 37 minutes et 34 secondes! Je lance un regard vers le ciel, il est d’un bleu intense, comme je l’ai rarement vu. J’ai réalisé le même temps qu’il y a un mois et demi en arrière et je me dis que notre potentiel peut parfois nous surprendre.

Via Valais: Stages in detail

Tu sais tout de suite quand la journée sera TOP, et cela déjà avant de partir.

QUATRIÈME ÉTAPE:GRANGE DELLA VALLE (1850m) – POINTE FERRAND/NIBLÈ (3365m),6km / 1515m/d+

 

J’arrive aux abords du glacier, je m’arrête, je chausse un crampon, puis l’autre. Il ne me faut que quelques secondes pour les fixer, mais cela me suffit pour reprendre un peu mon souffle et lancer un rapide coup d’œil sur ma montre. Cette étape s’est aussi très bien déroulée, qui l’aurait dit après quatre jours d’efforts intenses? Je ne m’y attendais pas, surtout après l’impression de faiblesse ressentie au moment de m’élancer. Mais d’où vient toute cette énergie? C’était comme si je n’avais rien fait les jours précédents. J’ai arrêté de penser et j’ai commencé à courir… j’allais vite, même dans les passages techniques. J’ai arrêté mon chrono au sommet, je l’ai lu et j’ai souri: 1 heure, 4 minutes et 20 secondes, nouveau record personnel. Il ne reste plus qu’un sommet, un seul.

STAGE 2: Cabane Essertze - Cabane Aiguille Rouge

J’ai toujours eu une certaine attirance pour les records, en particulier ceux liés à la montagne. Je suis né au pied des montagnes du Val de Suse, j’ai grandi en les admirant, en les écoutant et en les scrutant, et j’ai un jour décidé de les affronter (ou plutôt de les caresser…) dans le cadre de beaux défis. Pour réaliser un grand projet, j’avais besoin d’une motivation capable de m’emmener au-delà de mes limites. Je voulais faire quelque chose pour moi, mais aussi pour les autres. C’est ainsi qu’est né le projet «5 Summits challenge – 1 record», qui a commencé le 29 juillet 2019 et s’est terminé cinq jours plus tard, le 2 août. Un défi qui m’a fait gravir cinq sommets différents, pour un total de 26km et 7000m de dénivelé, le tout à la montée évidemment.

 

Je l’ai fait dans un temps record (temps total), ce qui constitue cependant quelque chose de relatif, car tout record est fait pour être battu. Mais ce qui en reste vraiment est notre soutien à la campagne de collecte de fonds Helping Children to Smile, lancée sur la plateforme «Gofundme.com», qui offre une assistance aux enfants souffrant de maladies rares. Business, montagne, charité… il n’en fallait pas plus pour me motiver!

Je savais que mon père m’attendait au sommet. Je ne pouvais donc pas renoncer, pas à ce moment.

DEUXIÈME ÉTAPE:CLAVIERE (1760m) – MONT CHABERTON (3131m),6km / 1371m/d+

 

Le réveil sonne à 6 heures, je prends un rapide petit-déjeuner, je dis bonjour à Emily, je m’échauffe quelques minutes et je m’élance à 8h30. C’est mon rythme matinal depuis plus d’une semaine maintenant, mais avec un peu plus de difficulté aujourd’hui en raison des efforts de la veille. Je sais que mon père, Nicolas, Alberto et de nombreux autres supporters sont déjà en route pour m’encourager le long du parcours. Je me sens bien malgré quelques muscles douloureux, souvenirs de l’ascension du mont Séguret. J’ai des pensées positives aujourd’hui et j’oublie donc rapidement la fatigue.

 

J’atteins le sommet en 57 minutes et 49 secondes, ce qui est plus rapide qu’imaginé au départ. Il s’agit de mon meilleur chrono personnel et aussi du record pour cette ascension, plus de deux minutes en dessous du record établi il y a une trentaine d’années déjà. Je redescends dans la vallée, où une séance de cryothérapie m’attend. Je me sens épuisé après quelques minutes passées à - 85C°, mais c’est crucial en vue de la prochaine journée. Le soir, dans mon lit, je passe la journée écoulée en revue et je nage dans le bonheur. Je suis plus déterminé et concentré que jamais.

Plus je montais, plus je me sentais fort. La souffrance était présente, mais c’était magnifique.

STAGE 3: Cabane Aiguille Rouge - Cabane Becs de Bosson

CINQUIÈME ÉTAPE:SESTRIÈRES (2035m) – POINTE ROGNOSA (3280m),3.5km / 1245m/d+

 

Je sais qu’il faut manger quelque chose pour ne pas me retrouver sans énergie, mais je n’y arrive pas. Je suis si fatigué que je réussis à peine à sortir de la voiture. L’air est très froid ce matin, mais je ne m’échauffe même pas. Je prends le départ avec mille pensées en tête et avec la peur de ne pas réussir, mais je me dis que je ne peux pas abandonner à ce stade. Pas maintenant, si près du but. Pas après tous ces efforts consentis. Un dernier sacrifice de ma part est nécessaire et je sais au plus profond de moi que c’est possible, je le sens. Après un premier kilomètre au plat l’effort se transforme en aventure magique, de celles qui vous font voler le long du parcours. J’arrive au sommet en 57 minutes et 9 secondes, tout le monde me dit que je l’ai fait, que j’ai atteint mon but, que j’ai réalisé mon rêve, dans un temps total de 4 heures, 58 minutes et 43 secondes. Tout le monde me le dit, me le répète, mais je n’y crois toujours pas.

 

Je m’assieds et je repasse toute l’histoire dans ma tête, je ne peux m’empêcher de repenser à ce projet un peu fou que j’ai idéalisé, voulu, planifié et enfin réalisé. Je pense à tous ceux qui m’ont soutenu dans cette aventure et qui m’ont accompagné, pas après pas, mètre après mètre, sommet après sommet. Je ressens une gratitude infinie pour tous ceux qui étaient à mes côtés durant chaque instant de ces 4 heures, 58 minutes et 43 secondes.

(17k, 868m+ / 1025m-) A quick descent leads you from the pastel-colored countryside of the Becs de Bosson to the Lac de Lona. After a short climb, the colors in the landscape change completely. Warm earth tones make way for the Alpine gray in the mountains and the glacier landscape of the Val de Moiry. The blue of the small lake looks totally surreal. Our stage today ends with the climb across the moraine at the Cabane de Moiry refuge at 2,825 meters. The stage is somewhat shorter and has less vert as the other stages. So you have a little more time to relax, and from the terrace we could enjoy the view to the surrounding mountains and 4000ers.

STAGE 4: Cabane Becs de Bosson - Cabane de Moiry

Je le referais immédiatement… si je n’avais pas consenti tous ces efforts.

STAGE 5: Cabane de Moiry - Zinal

(24k, 1064m+ / 2215m-) Stage 5 offers one of the most diverse days of the Via Valais – especially if you take a little side excursion to Pigne de la Lá. If you want to climb the peak, then you’ll rack up another 600 meters, but there you’ll be doing more scrambling than running. If you feel comfortable with easy scrambling along a ridge or on exposed terrain the this little side route is totally worth it. On the way back, you again come past the hut and can stop in for a mid-morning snack. On the descent from Canabe de Moiry to Zinal, one runs along the lake above it before you climb up 500 meters to the Col de Sorbois. After a traverse it heads down to Zinal.

STAGE 6: Zinal - Turtmann Hut

(19k, 1687m+ / 841m-) After Zinal, you  first go past a small village. From Zinal, we follow the famous downhill of the Sierre-Zinal race course for a few kilometers before we climb up to the Forcletta Pass. We cross the Röstigraben and run along a trail lined with wild beeries down to Turtmannsee lake. Then we head up to Turtmann Huy where we set up our next night’s lodging.

STAGE 7: Turtmann Hut - Randa

(18km 1376m+ / 2453m-) The crowning glory of Via Valais! It is a long, tough day that takes us up to 3,610 meters. From the hut, we quickly find ourselves again in a barren, alpine landscape. The detour to Barrhorn is absolutely worth the extra 90 minutes.  From the peak, we take the same way back til we reach Schölljoch. Now we are at the crux of the Via Valais. The descent from the pass down to the glacier is exposed and secured with ropes and a ladder. As soon as you have Schölljoch behind you, you are facing a 2,000-meter descent to Randa where it surprisingly here and then also goes uphill again.

STAGE 8: Randa - Mountain Lodge Ze Seewjinu

(25k, 2025m+ / 1171m-) On this stage a lot of vert awaits us. After you have the climb to Europaweg behind you the terrain is a little less steep. Simple running is beautiful and a relaxing counter to the adventure of the previous stage. You fly along the trail, ticking off kilometer after kilometer. The first view in close proximity of the majestic Matterhorn really does something to you. Before you know it, you can stick your feet in the refreshing water of the Grünsee and, after that, you come to a stop at the Mountain Lodge Ze Seewjinu above Zermatt.

STAGE 9: Mountain Lodge Ze Seewjinu - Zermatt

(27k, 1254m+ / 1942m-) We have a very good reason not to run directly to Zermatt: The final stage high above Zermatt is one of our favorite runs from the book Trail Running Schweiz: 30 Unglaubliche Läufe (Trail Running Switzerland: 30 Unbelievable Runs). After an enjoyable run to Zmutt, a small well-preserved hamlet with stupendous coffee and snacks, we start a 800-meter climb to the upper Matterhorn Panorama Trail. The path to the Trift Hotel is one of the most beautiful trails in all of Valais. In the Trift Hotel, one definitely has to take a short break and enjoy a homemade iced tea. From the hotel, one can run directly down to Zermatt. If you haven’t had enough yet and don’t want the Via Valais to come to an end can take on a bonus peak with the Mettelhorn.

Comments about Via Valais

The start: Stage 1, Verbier to Cabane d'Essertze: “We leave Verbier along the Bisse de Levron and have a smooth start. We actually started our planning months earlier, with our first idea, studying maps, and of course considering fully all of the possible obstacles or problems. But now we are finally running. Our plan is dependent on some many things. Will we have good weather? Will our legs play along and, in particular, will the trails actually go where we think? After an easy warmup along the water, it gets a little more wild. The first days offer up a sampling of what we can expect on the tour: Singletrack, steep climbs and huge snow-covered peaks.” – Kim Strom

The crowning glory: Stage 9, Mountain Lodge Ze Seewjinu to Zermatt: “At the end of our tour, we enjoy one last iced tea in the Trift Hotel before we run down to Zermatt. Inside of 20 minutes we are back in civilization. From the trail, you drop down directly onto the main street with all of its teeming restaurants, and numerous shops and people with freshly coiffed hair and clean clothes. I look down at my grimy feet and would prefer to immediately go back and start all over again. But first there is a huge burger to be had!” – Kirra Balmanno (Australian trail runner and Via Valais team member)

Further information: Elevation.alpsinsight.com/via-valais/

About Alpsinsight
The ALPSinsight Team consists of professional mountain sport content providers Dan and Janine Patitucci plus Kim Strom. Since 1997, PatitucciPhoto has been producing professional mountain sport content for global commercial & editorial clients: The trio launched ALPSinsight to share their enthusiasm about their home mountains, the Swiss Alps. In 2017, the team produced the Run the Alps Switzerland guidebook and the portal Elevation: The Alps Trail & Peak Running Resource. As the leading trail running specialists in Switzerland they created the Via Valais.

Pourquoi relever un tel défi? Pour supporter un organisme de collecte de fonds qui offre une assistance aux enfants souffrant de maladies rares.

LE DÉFI «5 SUMMITS CHALLENGE» DE SIMONE EYDALLIN

Les records m’ont toujours fasciné.