copied 3d url is missing successfully copied to clipboard
  • SHOP EN LIGNE DYNAFIT Original
  • Échange gratuit dans les 30 jours
  • 55 % des produits DYNAFIT sont fabriqués dans les Alpes

RACE / 07.10.2019 / Benedikt Böhm

Test de résistance pour la fixation P49 – la traversée des Alpes en une seule traite.

À travers les Alpes sur 210 kilomètres et 10'500 mètres de dénivelé, sans dormir et sans pauses prolongées: lors de sa «Speed-Transalp», l’alpiniste express Benedikt Böhm a fait confiance au nouveau système Pintech de DYNAFIT, composé de la fixation de compétition ultralégère P49 et la chaussure correspondante DNA Pintech by Pierre Gignoux. La révolution ne se situe ici pas uniquement au niveau du poids de la fixation, qui ne pèse que 49g, mais aussi dans la fonctionnalité entre la fixation et la chaussure. Avec le système Lowtech tel que nous le connaissons depuis près de 35 ans, nous faisons appel aux deux pointes de la mâchoire avant de la fixation et aux inserts situés dans le nez de la chaussure. Les nouvelles pointes à ressort sont ici logées directement dans l’avant de la chaussure avec le système Pintech. Ce nouveau concept présente divers avantages, comme un chaussage nettement plus simple, confortable et rapide et la réduction significative du poids de l’ensemble. C’est la première fois que ce nouveau dispositif chaussure / fixation est testé dans de telles conditions.  Comment ce système entièrement nouveau s’est-il comporté dans la pratique, à l’occasion d’un test de résistance hors normes? Benedikt nous l’explique ici.

Pas de nouvelles expériences – telle est la règle implicite lorsque l’on se lance dans un projet ambitieux ou un défi sportif inédit. Lorsque l’on flirte avec ses limites physiques et psychologiques, il faut pouvoir faire entièrement confiance à son équipement. On utilise normalement dans de telles situations un équipement que l’on connait bien et qui a déjà fait ses preuves à plusieurs reprises dans la pratique. Qui serait par exemple prêt à courir son premier marathon avec des chaussures qu’il n’a encore jamais portées?

Lors de gros défis, on s’appuie normalement sur du matériel que l’on connait. Ce n’est donc en principe pas le moment de faire de nouvelles expériences.

Mon projet «Speed-Transalp» s’est déroulé de manière très spontanée. L’hiver 2019 se passait très bien, j’étais bien entrainé et j’ai trouvé la motivation nécessaire pour repousser une fois de plus mes limites. Notre nouvelle fixation Pintech Race P49 venait d’être lancée sur le marché lors de la saison 2018/19 et a commencé à être utilisée par nos athlètes en compétition de ski-alpinisme. Le système avait parfaitement surmonté tous les tests jusqu’à ce point et a avait fait ses preuves en termes d’efficacité et de praticité dans diverses courses contre la montre. Dans mon rôle de directeur de DYNAFIT, j’ai accompagné de près tout le processus de développement au cours des quatre dernières années. Nous avons œuvré sur ce concept étape après étape avec nos ingénieurs. Dans le cadre de ce travail, j’ai bien entendu eu l’occasion de tester différents prototypes lors de quelques randonnées. La fixation n’était donc pas entièrement nouvelle pour moi, mais je ne l’avais encore jamais utilisée sur une durée plus longue, et encore moins lors d’un projet qui allait me pousser dans mes derniers retranchements. Une idée s’est cependant immédiatement installée dans ma tête : il fallait que j’effectue ma Speed-Transalp avec le nouveau système Pintech. Mon objectif était de réaliser cette traversée alpine en moins de 36 heures, et je devais pour cela économiser chaque gramme d’équipement pour espérer un succès. La situation était donc en faveur du nouveau système Pintech, qui avait déjà sensiblement remué le petit monde du ski-alpinisme en cours de saison.

P49 – les fixations à inserts entrent dans une nouvelle ère

Comment faire pour gagner encore du temps et augmenter le confort au moment de chausser ses fixations à inserts, tout en économisant du poids de façon significative? C’est avec cette question en tête que notre équipe s’est mise au travail de façon intensive, pour mettre au monde un concept de fixation entièrement nouveau destiné à la compétition de ski-alpinisme. Nous nous sommes alors rapidement rendu compte que le potentiel d’optimisation de l’actuelle Low Tech Race était épuisé dans ce contexte. Nos ingénieurs ont donc planché sur un concept entièrement nouveau et sans aucun précédent. Le système Pintech est ainsi né, en inversant l’emplacement des pointes et des inserts. Plutôt que de faire appel aux deux pointes sur la mâchoire et aux inserts dans la chaussure, les nouvelles pointes à ressort sont logées directement dans l’avant de la chaussure. Le résultat est incroyable: avec son poids de 49g seulement, la fixation P49 pèse moins qu’une demi-plaque de chocolat.

La P49 pèse la moitié d’un trousseau de clés ou d’un smartphone.

Pour chausser sa fixation sur l’avant, le skieur presse simplement la pointe de la chaussure vers le bas et le système se clipse immédiatement en évacuant la neige et la glace. Les entailles de guidage de bonne taille permettent un chaussage simple et confortable, dans de fortes pentes ou en terrains irréguliers également, sans risque de ripage faisant perdre du temps. On trouve sur le talon de la chaussure DNA une plaquette à insert, qui s’enclenche dans la talonnière de la fixation quand le sportif appuie fermement le talon vers le bas. Le système de passage du mode Ski au mode Marche, un élément critique qui peut faire perdre ou gagner du temps en course, se présente dans une configuration nouvelle et originale sur la fixation. Respectant les directives de l’ISMF, la P49 est dotée d’un déclenchement vertical (valeur de déclenchement 6 à 7) et latéral (valeur de déclenchement 8 à 9) et peut aussi être entièrement verrouillée à l’aide de deux éjecteurs latéraux. Pour sortir de la fixation au moment de mettre en place les peaux, un seul geste suffit pour actionner la mâchoire avant et les éjecteurs. Détail particulièrement pratique, le ski se retrouve immédiatement en main de l’athlète, qui peut alors installer les peaux en un clin d’œil. Skis sur la neige, clic dans la fixation… et c’est parti après quelques secondes pour la prochaine montée à enchainer du dénivelé.

En route durant 28 heures et 45 minutes avec la P49

Même si je fais bien entendu entièrement confiance au travail de nos ingénieurs, j’avais quand même un sentiment un peu mitigé quant à ce nouvel équipement avant de partir. Je ne l’avais encore jamais utilisé sur un parcours de grande envergure et me lancer directement dans ce projet énorme – la Speed-Transalp – me laissait un peu dubitatif. Les prévisions météo n’étaient en plus pas extraordinaires et j’ai tout de suite compris que je devrais faire face à des conditions difficiles. Comment les fixations se comporteront-elles en pleine pression sur neige dure et glacée? Que faire si les éjecteurs latéraux se rompent et que la fixation ne peut plus être ouverte? Plusieurs préoccupations hantaient mon esprit avant le départ et je n’arrivais pas à m’en défaire. On préfère toujours s’appuyer sur ce que l’on connait en situations extrêmes, même si l’on sait que les nouveautés présentent des avantages. Mon «expérience» avec le nouveau système Pintech s’est toutefois rapidement révélée positive et mon scepticisme du début s’est estompé d’un coup.

La fixation est-elle suffisamment résistante pour des descentes à toute vitesse sur neige glacée? J’espère que oui!

Durant les 28 heures et 45 minutes de ma Speed-Transalp, sur 210km et 10’500m de dénivelé, j’ai eu l’occasion de tester le système Pintech sous toutes ses coutures et celui-ci ne m’a jamais laissé tomber. Une fois que l’on a compris le principe et que l’on s’y est habitué, le chaussage se fait extrêmement simplement et rapidement. Il suffit de presser l’avant de la chaussure vers le bas, de verrouiller la fixation et c’est parti. C’est la même chose pour la descente. Une bonne pression du talon vers le bas et la fixation se verrouille de façon ferme et sûre, le tout automatiquement. L’ouverture se fait à l’aide des éjecteurs latéraux situés sur la mâchoire avant de la fixation. Un petit temps d’adaptation est nécessaire, après avoir utilisé durant plus de 20 ans un levier de verrouillage sur l’avant de la fixation. Mais ici aussi l’apprentissage est rapide et il ne faut que peu de temps pour maitriser le système. On se retrouve immédiatement avec le ski en main lors des transitions entre les descentes et les montées, ce qui est très pratique pour remettre les peaux. Quand il faut enlever et remettre les peaux plus de 20 fois comme pendant cette Transalp, on se rend compte que le concept est très efficace et qu’il permet de gagner du temps. Mais ce n’est bien entendu pas l’unique avantage de cette fixation. Son poids de 49g seulement est absolument imbattable. En combinaison avec les skis DNA et les chaussures DNA Pintech, on dispose d’un kit incroyablement léger qui permet de se déplacer extrêmement rapidement. Une chose importante à souligner est que malgré toute cette légèreté, la fixation se montre particulièrement sûre et robuste.

La Speed-Transalp constituait le test de résistance ultime pour le système Pintech.

Comme déjà cité plus haut, les conditions météo et d’enneigement rencontrées lors de ce défi étaient loin d’être idéales. Nous avons presque tout vu durant cette traversée… en passant par les pistes glacées et dures comme du béton, jusqu’à la neige cartonnée et la pluie. Les belles descentes dans de la bonne neige n’étaient pas au rendez-vous, mais le système Pintech n’a pas bronché même dans les situations les plus rudes. Alors que les conséquences auraient pu être fatales au projet en cas de déclenchement intempestif des fixations, j’ai senti dès la première descente que je pouvais faire entièrement confiance à mon matériel. J’ai arrêté de penser à de possibles incidents et je me suis concentré à fond sur ma performance et sur mon objectif. Le système Pintech constituait incontestablement l’élément central de mon équipement lors de ce défi et a joué un rôle déterminant dans le chrono réalisé, en dessous de 29 heures. J’ai été si convaincu par le système que je l’ai tout de suite remis en piste à l’occasion du Sellaronda Skimarathon, édition lors de laquelle j’ai établi mon record personnel.

Même après ces différents succès, nous avons effectué de nouveaux tests en laboratoire. Ici aussi le système Pintech a convaincu sur toute la ligne, nos ingénieurs n’ont détecté aucun signe d’usure sur mes fixations après mon test de résistance sur le terrain. La prochaine Speed-Transalp n’a qu’à bien se tenir.