• SPEEDUP
  • Échange gratuit dans les 30 jours
  • Shop de marque Dynafit original

ULTRA MARATHON | 24.04.2019 | Harald Angerer

Ultra-marathon: comment faire pour combiner au mieux entrainement, famille et travail?

C’est un grand écart qui n’est pas si simple, la préparation pour un ultra-marathon est assez chronophage. Je m’entraine parfois jusqu’à 15 heures par semaine durant ces périodes et j'ai également des occupations qui ne sont pas liées au sport à côté de cela. L’ultrafond est mon hobby, j'ai un travail et comme beaucoup d'entre nous aussi une famille. J'ai moi-même encore deux enfants à la maison. Et comment faire pour combiner le tout? C’est une question importante et assez individuelle, à laquelle chacun doit trouver des réponses. Chez moi nous arrivons quand même à nous retrouver ensemble assez souvent et ma femme est aussi très tolérante. Elle comprend ma passion pour mon sport et me soutient vraiment beaucoup. Mais j’aime aussi passer du temps avec ma famille et une bonne gestion du temps est donc nécessaire.

S’entrainer correctement exige de la discipline

Les règles sont bien définies chez moi. Je ne m’entraine en général pas le dimanche et je consacre ce jour à la famille. Je m’entraine par contre le samedi, jour lors duquel je couvre des distances plus longues, qui peuvent me prendre jusqu'à huit heures. Mais même dans ce cas, j’essaie d’inclure ma femme et mes enfants dans mon programme. Nous combinons parfois des points de rencontre, des endroits par lesquels je passe et qu’ils rejoignent en voiture ou en télécabine. Là nous mangeons une glace ou déjeunons ensemble et je rentre quelques fois en voiture avec eux.

 

Je combine aussi parfois la récupération active avec des sorties en famille et nous nous promenons alors à vélo ou à pied. La récupération active est très importante dans l'ultrafond, car la charge physique lors des entrainements est assez lourde. Et pour la tête aussi, c’est un facteur qu’il ne faut pas négliger. Une promenade avec femme et enfants constitue une excellente manière de se changer les idées. Je trouve aussi important d'expliquer à mes enfants pourquoi je fais cela et pourquoi je sors régulièrement le soir pour courir. Je souhaite qu’ils me comprennent et j’espère aussi de cette manière leur transmettre un peu de ma passion pour le sport. Ils peuvent de cette manière en avoir un avant-goût et trouver leurs propres motivations, comme moi avec la pratique du trail.

Je programme mes entrainements autour de ma famille et de mon travail.

Le dimanche est mon jour de repos que je consacre aux activités familiales – la plupart du temps du moins. Cela n’est pas toujours si simple, par exemple quand je ne me suis pas suffisamment entrainé durant la semaine. J’essaie malgré tout de garder ce jour libre, mais je dois avouer que je n’y arrive pas toujours. Durant la semaine les choses se passent un peu différemment. J’ai un travail qui me permet d'arriver un peu plus tard au bureau le matin et j'ai souvent des rendez-vous le soir. J’essaie d’en profiter, surtout en été, époque à laquelle j'effectue si possible mes entrainements le matin. Cela m’ôte une part de stress le soir et j’ai ainsi un peu plus de temps pour la famille à ce moment. En hiver par contre cela est plutôt rare.

 

Je suis journaliste et je travaille donc beaucoup assis, et le sport me permet de trouver un bon équilibre. Je sors tôt le matin, car c'est moi qui amène les enfants à l'école et ma femme prend son travail très tôt. J’ai donc un peu de temps à disposition pour le sport à partir de 7h15. Une petite unité de course de 60 à 90 minutes est parfaite à ce moment. Je suis ensuite frais et dispo au bureau, car j’ai déjà emmagasiné une bonne dose d’oxygène à ce moment. J’ai en outre déjà pu penser aux sujets importants de la journée durant l’effort. Je ne m’entraine cependant pas le matin pour me concentrer spécifiquement sur mon travail, mais cela me permet de laisser libre cours à mes pensées et les choses semblent ensuite couler de source.

Structures d’entrainement

l'importance de bien s'organiser

S'il n'est pas possible de m'entrainer le matin, il me reste encore deux options supplémentaires. Soit je rentre à la maison le soir en courant, soit je place une unité d’entrainement entre la sortie du bureau et le rendez-vous du soir. J’ai la possibilité de me rafraichir après l'effort et je profite au maximum du temps à disposition. Cela est évidemment uniquement possible si les montagnes se trouvent devant le pas de porte, tant au travail qu'à la maison, ce qui est mon cas. L’important ici est de bien structurer et planifier sa semaine. J’inscris par exemple mes entrainements dans mon agenda de rendez-vous et je me penche le dimanche déjà sur l'organisation de la semaine, afin de bien me préparer pour les courses. En procédant de la sorte, on réduit la pression tant au sein de la famille qu’au travail.

 

Mais même avec une bonne planification, tout ne fonctionne pas forcément comme prévu et il faut en être conscient. Personne n’est parfait, donc ne vous mettez quand même pas trop de pression. Si ça ne fonctionne pas, et bien ça ne fonctionne pas et il faut juste se souvenir d’une chose: en cas de doute, la priorité va à la famille et au travail. Sans soutien et sans le plaisir qui va avec, le meilleur entrainement ne sert à rien.