• SPEEDUP
  • Échange gratuit dans les 30 jours
  • Shop de marque Dynafit original

Cette expérience a éveillé chez Fritz le désir de créer un équipement plus léger. Dans sa peau d’ancien bricoleur de modèles réduits et actuel étudiant en ingénierie mécanique, il a commencé à développer ses premières fixations de randonnée à ski légères dans la cave familiale. Il s’est très vite rendu compte que le châssis relativement lourd de la fixation devait être remplacé par la semelle de la chaussure, ce qui permettrait de réduire drastiquement le poids. Économiser du poids pour économiser des forces: voilà une idée aussi simple qu’évidente. Une déclaration du chercheur explique néanmoins parfaitement de quoi il en revenait dans la réalité: «1% d'inspiration, 99% de transpiration.»

 

Comme simple occupation de loisirs et sans aucune pression commerciale, le jeune étudiant a continué à bricoler sur sa fixation. Ses travaux ont duré un certain temps et ont débouché sur de nombreuses constructions, parfois étranges. Les feedbacks fournis par ses amis testeurs allaient de la désapprobation agressive à l’enthousiasme sans limites. Au milieu des années 80, en plein boom de l’informatique, tout devait être high-tech pour avoir du succès. Mais alors, comment baptiser cette fixation légère au mécanisme si simple? Le nom «Low-Tech» s’est vite imposé pour cette révolution.

À partir des premiers essais réalisés par Fritz dans sa cave, il aura encore fallu 25 ans pour que cette fixation révolutionnaire s’impose auprès de la majorité des randonneurs à ski. «La persévérance est une vertu obscure qui permet à la médiocrité d'obtenir un succès sans gloire», selon Ambrose Bierce. Mais l’apparence inhabituelle et minimaliste de la fixation ou d’autres particularités comme le mécanisme Step-In ont peut-être aussi joué leur rôle dans ce contexte. Cependant, le scepticisme existant d'un côté n’avait d’égal que l’approbation exprimée de l’autre par les spécialistes et les «fanatiques».

Issu de la région de Kufstein (AUT), le jeune étudiant en ingénierie mécanique Fritz Barthel est parti grimper au début des années 80 avec un ami dans les Calanques. Le chemin du retour vers l’Autriche les a fait passer par la région du Mont Blanc. En regardant l'imposant 4000 fortement enneigé, ils se sont dits: «et pourquoi pas maintenant?»

 

Aussi tôt dit, aussi tôt fait, ils se sont lancés sans acclimatation dans la traversée de l'Aiguille du Midi vers le Mont Blanc du Tacul et le Mont Maudit. Ils se trouvaient encore relativement tôt dans la saison et ont donc dû faire la trace. C’est complètement épuisés qu’ils ont atteint le sommet du Mont Blanc, juste avant le coucher du soleil. L’état de fatigue des deux alpinistes, qui ne manquaient pas d’entrainement, n’était pas dû à leurs sessions d’escalade dans les Calanques, mais bien au poids de leur équipement. Les skis de slalom géant de deux mètres en particulier, avec leurs lourdes fixations, ont coûté une bonne dose d’énergie aux deux sportifs.

Économiser du poids pour économiser des forces

Speed | 20.09.2017 | Fritz Barthel

La paresse comme source du progrès, l’art de la sobriété, Low-Tech au lieu de high-tech: fasciné par le minimalisme et meut par un grand enthousiasme.

L’inventeur Fritz Barthel a suivi un chemin original qui l’a amené à développer le système de fixation révolutionnaire de DYNAFIT.

Et que font les alpinistes de nos jours? Ils utilisent des équipements les plus légers possible, comme si jamais rien d’autre n’avait existé. Ils se déplacent toujours plus rapidement, plus loin et plus haut! Ce n’était pas là l’objectif premier de l'ingénieur autrichien au moment de mettre au point sa fixation, mais le concept chaussure-fixation de DYNAFIT, original et éprouvé, constitue actuellement le point référence à tout développement de nouveaux produits dans le domaine. Aujourd’hui comme il y a de ça 30 ans, DYNAFIT cultive l’art de la sobriété: «fabriquer un produit avec un peu plus que rien du tout» constitue un des principes de DYNAFIT.

Fabriquer un produit avec un peu plus que rien du tout.

Low-Tech: le passé et le présent

Low Tech’s 30th Anniversary