• SPEEDUP
  • Échange gratuit dans les 30 jours
  • Shop de marque Dynafit original

ULTRA RUNNING | 25.04.2019 | Veronika Wasza

Les exigences de l’ultra-trail: avec quelles chaussures courir?

Trouver des chaussures appropriées est primordial pour les adeptes de course à pied, d’autant plus s’ils pratiquent leur sport favori loin des routes asphaltées. En terrains accidentés, le pied a besoin d‘une bonne tenue pour permettre à l’athlète d'aller vite sans se blesser. Mais quelles sont les différences entre des chaussures de course à pied classiques et des chaussures de trail? Peut-on utiliser un même modèle sur distance courte ou longue? Et quel type de chaussures choisir pour se lancer dans son premier ultra-marathon? Nous nous sommes renseignés auprès de deux athlètes DYNAFIT qui en connaissent un bout sur la question: le traileur et sky-runner Pascal Egli et l’ultra-traileur Hannes Namberger.

Différences entre les modèles pour l'asphalte et pour le trail

Les chaussures de trail sont exposées à des contraintes différentes que celles pour la route ou les surfaces dures. Pour ces dernières, l’attention est portée en premier lieu sur les propriétés amortissantes et le déroulement des pas, pour protéger au mieux les pieds, les genoux et les autres articulations des chocs plus intenses. Le niveau d'amorti dans ce domaine dépend de nombreux facteurs, comme le poids de l'athlète, sa condition physique en général ou la longueur du parcours. Il existe donc des modèles offrant plus ou moins d'amorti – d’élevé à minime – dans cette catégorie. Pour les distances plus longues et pour l’ultra-marathon (plus de 42km), de nombreux coureurs optent pour des chaussures avec un amorti plus important, afin de réduire la charge sur les articulations.


La majorité des chaussures destinées à la course sur route sont dotées d’un talon surélevé. Cette différence de hauteur entre l’avant du pied et le talon est dénommée «drop». Cette configuration permet de réduire la surcharge et aussi les inflammations du pied et de la musculature des mollets. Mais un drop trop marqué risque d’influencer négativement la foulée et d’encourager une mauvaise posture, en particulier chez les coureurs prenant plutôt appui sur l'avant-pied. Ici aussi, le choix du drop dépend fortement de facteurs personnels. Pour les sportifs tendant vers la surpronation – le pied effectue une rotation vers l'intérieur lors du déroulement du pas –, il existe des chaussures équipées d’une cale de pronation. Celle-ci évite un affaissement trop marqué de la cambrure du pied, qui peut être néfaste pour les ligaments et les tendons, et promeut une foulée plus régulière et alignée qui ménage le pied.

L’attention est portée en premier lieu sur l’amorti et le déroulement de la foulée pour les chaussures de course à pied sur route, et sur la tenue, l'accroche et l'adhérence pour les modèles de trail.

Dans le domaine du trail par contre, on prendra en compte en premier lieu les questions de tenue, d'accroche et d'adhérence. Pour courir sur des surfaces irrégulières, peu stables, humides ou boueuses, il faut faire appel à des «pneus» appropriés. L'athlète a besoin de chaussures qui enveloppent parfaitement ses pieds et lui fournissent l'assurance nécessaire dans le terrain. La semelle extérieure doit aussi offrir une bonne traction, ce qui se fait à l’aide d’un profil adéquat des crampons, conçus pour retransmettre efficacement les forces et promouvoir des accélérations dynamiques. Des cales de pronation sont rarement mises en œuvre dans le segment du trail alpin, car le style de course est en général beaucoup plus actif que sur la route. Et comme le terrain est en souvent irrégulier, un support à la pronation n’a pas vraiment de sens. Les propriétés amortissantes sont aussi moins marquées sur les chaussures de trail, afin d’offrir un contact plus direct avec le sol et ses particularités. Le drop est en général plus faible, car un talon trop haut réduit l'assurance des pas et augmente sensiblement le risque de torsions.


Pour les courses alpines en terrains exigeants, la plupart des traileurs et traileuses optent pour des chaussures présentant un drop peu marqué, afin de rester le plus proche du sol possible. Les questions de confort revêtent une plus grande importance en ultra-trail et les néophytes choisiront ici une chaussure la plus confortable possible. Les modèles pour le trail se distinguent aussi des chaussures pour l’asphalte par le type de matières mises en œuvre. Les chaussures sont plus fortement mises à contribution dans le terrain et la matière extérieure doit donc être plus robuste et résistante. Une membrane imperméable est parfois aussi mise en œuvre, pour protéger les pieds de l’humidité et de la neige sur la durée. La plupart des modèles de trail sont en outre équipés d'une patte ou d'une petite poche permettant d'escamoter les lacets, afin d'éviter de s’achopper dans le terrain. Un capuchon de protection se trouve aussi sur l’avant de nombreuses chaussures, pour protéger les orteils en cas de chocs avec des racines, des pierres ou d'autres obstacles.

Chaussures trail running 

Du sprint alpin à l’ultra-trail: les chaussures DYNAFIT Feline Up, Alpine Pro et Ultra Pro.

Il existe à l’heure actuelle de nombreux types de chaussures de trail, adaptées aux différents domaines d’utilisation. Outre les distances prévues, la nature du sol joue aussi un rôle très important au moment de déterminer le modèle, avant d’effectuer les essais à proprement dits. Les chaussures se différencient les unes des autres principalement par la structure de la semelle, le drop, la forme, le poids et les propriétés amortissantes.

 

Profil de la semelle: Sur les chaussures de trail, le profil de la semelle – plus ou moins marqué – est un des premiers éléments qui se remarque. Les différents sols et surfaces exigent différentes configurations de semelle. En terrains durs et rocheux, typiques des «sky races» courues à plus haute altitude, un design bien étudié des crampons offrant une excellente adhérence et un feedback direct au coureur est nécessaire. Sur sols souples ou boueux ou dans la neige, la semelle doit comporter différentes zones pour garantir à la fois une bonne stabilité latérale et une accroche efficace – à l’image des pneus hiver d’une voiture. Pour les distances ultras en terrains mixtes, il est recommandé de choisir une semelle très résistante offrant simultanément stabilité, accroche et adhérence. Et pour les sols humides, les mélanges de caoutchouc plus souples auront la préférence.

Il existe à l’heure actuelle de nombreux types de chaussures de trail, adaptées aux différents domaines d’utilisation. Outre les distances prévues, la nature du sol joue aussi un rôle très important au moment de déterminer le modèle, avant d’effectuer les essais à proprement dits. Les chaussures se différencient les unes des autres principalement par la structure de la semelle, le drop, la forme, le poids et les propriétés amortissantes.

Profil de la semelle: Sur les chaussures de trail, le profil de la semelle – plus ou moins marqué – est un des premiers éléments qui se remarque. Les différents sols et surfaces exigent différentes configurations de semelle. En terrains durs et rocheux, typiques des «sky races» courues à plus haute altitude, un design bien étudié des crampons offrant une excellente adhérence et un feedback direct au coureur est nécessaire. Sur sols souples ou boueux ou dans la neige, la semelle doit comporter différentes zones pour garantir à la fois une bonne stabilité latérale et une accroche efficace – à l’image des pneus hiver d’une voiture. Pour les distances ultras en terrains mixtes, il est recommandé de choisir une semelle très résistante offrant simultanément stabilité, accroche et adhérence. Et pour les sols humides, les mélanges de caoutchouc plus souples auront la préférence.

 

Drop: Le drop se situe entre 4 et 10mm sur la plupart des chaussures de course à pied. Pour les distances plus courtes et les terrains techniques, la majorité des traileurs préfèrent un drop réduit, qui leur assure un contact plus direct avec le sol et une meilleure sensibilité. Sur distances plus longues et pour l’ultra-trail, les athlètes optent en général pour un drop un peu plus marqué, aux alentours de 8mm. Un talon plus élevé présente de nombreux avantages pour les sportifs moins entrainés, tandis que les pros auront tendance à se tourner vers des drops plus faibles en compétitions d'ultra-trail, pour gagner en agressivité.

Comparaison des semelles DYNAFIT: Feline Up Pro, Feline SL et Ultra Pro.

Sprinteuse alpine vs polyvalente confortable: Feline Up Pro (drop 4mm) et Trailbreaker (10mm) de DYNAFIT

Amorti: Dans le domaine de l’amorti également, les chaussures de trail varient fortement selon l’utilisation prévue. L’amorti ne doit pas être confondu avec le drop, car même des modèles dotés d’un drop réduit offrent souvent un certain niveau d’amorti. Les chaussures de trail spécialement conçues pour les longues distances et l’ultra-trail offrent en général plus d’amorti que celles destinées au sprint alpin. Ici également, plus l’athlète est entrainé, moins il ressentira le besoin d’un amorti marqué.


Poids: Des variations importantes sont à noter dans ce domaine. Des chaussures stables destinées au trail alpin en terrains accidentés présenteront en général quelques grammes de plus sur la balance. En ultra-trail, chaque gramme supplémentaire se fait cependant ressentir sur la durée. Le poids du modèle est un facteur qui doit donc être pris en compte dans ce domaine.


Forme: Une forme bien adaptée au pied est primordiale. Pour vraiment se faire plaisir, il faut absolument trouver une chaussure qui offre une bonne tenue et dans laquelle le pied n’est pas exposé aux frottements ou à des points de pression. Quand on parle de confort et de pointure, il faut ici aussi prendre en compte les distances prévues. Pour les sprints alpins dynamiques, un modèle direct et bien ajusté est le bienvenu. En ultra-trail par contre, il faut accorder la priorité au confort. À noter que les pieds ont tendance à gonfler quand la distance dépasse les 30km et il ne faut donc pas acheter des chaussures de trail de pointure trop juste, également pour éviter les chocs et les pressions sur les orteils à la descente.

Il n’existe pas LA chaussure unique pour les distances ultras!

Tous les points traités le montrent clairement: il n'existe pas LA chaussure unique pour les distances courtes ou LA chaussure unique pour l'ultra-trail. De nombreux facteurs sont à prendre en compte pour choisir le modèle adapté à ses propres besoins et caractéristiques. Sachant cela, il est important de s’octroyer suffisamment de temps pour faire le bon choix et apprécier pleinement ses futures sorties dans le terrain. La chaussure doit enrober le pied avec précision pour offrir une tenue parfaite et le traileur ou la traileuse doit se sentir bien dedans. Concernant la semelle, il faut opter pour un profil en accord avec la configuration du terrain en vue. Les nouveaux venus sur la scène de l'ultrafond choisiront de préférence une chaussure offrant un peu plus d'amorti. Il est aussi important de prendre en compte la question du poids du modèle: la légèreté permet d'économiser de l’énergie sur la distance. Il faut éviter dans tous les cas les nouvelles expériences au moment de prendre le départ d'un ultra-marathon. Ne courez qu'avec des chaussures que vous avez déjà suffisamment utilisées à l’entrainement et dont vous êtes absolument sûrs qu'elles ne vont pas créer des frottements ou des points de pression.


Mais comment les athlètes appréhendent-ils tous ces éléments? Avec quelles chaussures courent-ils en montagne? Nous avons posé ces questions à Hannes Namberger et Pascal Egli.

Le sky-runner Pascal Egli et l'ultra-traileur Hannes Namberger

Pascal Egli est actuellement un des meilleurs traileurs du monde. Skyrunner World Series 2018 pratique la course à pied alpine depuis l'âge de 16 ans. L’athlète suisse court généralement sur des distances de 20 à 30km, avec 2’000 à 2’500m de dénivelé. Les trails techniques et exigeants – neige, pierriers, arêtes rocheuses ou même éboulis – constituent le terrain de jeu favori de Pascal. L’athlète de 30 ans adore aller vite en montagne et sait de quoi il parle quand il faut se battre contre soi-même et contre les éléments. On a pu le constater lors de courses hors du commun comme la Tromsö Skyrace (47km, 4’500m de dénivelé) ou l’Elbrus Race, qui se termine à 5'640m d’altitude.


L’athlète DYNAFIT Hannes Namberger a été coulé dans un moule du même style. Les distances de 50 à 75km avec 3’000 à 4’000m de dénivelé sont sa spécialité. Le citoyen de Ruhpolding a connu une carrière de skieur-alpiniste avant de découvrir sa passion pour le trail lors de la Karwendelmarsch 2015. Sa victoire sur 75km lors du Grossglockner Ultra-Trail 2018 constitue un de ses plus beaux succès en ultrafond. À la Transvulcania, le célèbre ultra-marathon couru sur l'île La Palma aux Canaries, Hannes a terminé en 2018 à une magnifique 8e place.


Combien de paires de chaussures de course à pied et de trail différentes possèdes-tu?


Pascal: Actuellement j’ai 5 modèles différents. Je cours assez rarement sur la route, et si c’est le cas j’utilise aussi des chaussures de trail, la DYNAFIT Trailbreaker le cas échéant.


Hannes: J’ai environ 15 paires, toutes des modèles différents.


Quels modèles utilises-tu à l'entrainement et quels modèles en compétition?


Pascal: À l’entrainement je chausse volontiers la DYNAFIT Alpine Pro, qui offre à la fois une bonne accroche et un bon amorti. Sur la route et les chemins moins techniques, je cours avec la Trailbreaker. En altitude, entre 3'000 et 4’000m, j’utilise normalement des chaussures de trail alpin avec membrane Gore-Tex. Et en compétition je cours exclusivement avec la Feline Up Pro, principalement en raison de sa légèreté et de sa bonne accroche.


Hannes: J’utilise deux modèles à l'entrainement, la DYNAFIT Alpine Pro et la Feline Up Pro. Pour la compétition, je cours uniquement avec l’Alpine Pro pour les ultra-trails et plutôt avec la Feline Up Pro pour les courses plus courtes.

Quelle est ta chaussure favorite et pourquoi?


Pascal: Ma chaussure favorite est clairement la Feline Up Pro. Elle est suffisamment légère, est dotée d’une semelle Vibram qui offre une excellente accroche et elle enrobe parfaitement le pied. Elle me va très bien jusqu’à des distances de marathon.


Hannes: L'Alpine Pro, sans hésiter. Sa semelle Vibram assure une tenue et une adhérence remarquables dans tous les terrains. Sa forme est aussi excellente et protège mes orteils contre les blessures. J’apprécie aussi son drop de 8mm, qui constitue une bonne inclinaison pour l’ultrafond.

Aucune course n'est pareille à une autre. J’apprécie dans le trail de pouvoir découvrir de nouvelles cultures, de nouveaux paysages et de nouveaux pays. (Pascal Egli)

Selon ton expérience, comment choisir ses chaussures de trail pour distances courtes ou longues?


Pascal: Cela dépend beaucoup de la personne. J’utilise pour ma part la Feline Up Pro aussi bien sur 10km que sur 50, car je recherche un maximum de légèreté et j’apprécie un contact plus direct avec le terrain, sans trop d'amorti. Mais d’autres coureurs préfèrent un amorti plus important pour des distances de 40 à 50km. Pour ma part, j'ai même couru une course plate de 10km sur la route avec la Feline Up Pro.


Hannes: Il est évidemment plus facile de s'adapter aux différentes conditions en possédant plusieurs modèles. Je cours personnellement avec deux modèles dans lesquels je me sens très bien. Le confort dans la chaussure est primordial pour moi, car mes courses sont en général très longues. Et comme je cours avant tout en montagne et très peu sur l’asphalte, le choix est tout de même assez restreint.


Pascal, qu’est-ce qui caractérise une bonne chaussure de trail à ton avis? Et en tant que sky-runner expérimenté, à partir de quand passes-tu à une chaussure de montagne?

Pascal: La chaussure de trail idéale possède une bonne forme, une semelle assez souple et une bonne accroche, et doit aussi être légère (moins de 300g). Pour la course en altitude, cela dépend s'il y a de la neige et quelles sont les températures. Évidemment que si l’itinéraire est très technique (mixte glace/rocher), des chaussures de montagne sont indispensables, car il faut pouvoir y fixer de vrais crampons. Par contre, lorsqu’il n’y a que peu ou pas de neige, je peux courir jusqu’à 4’000m avec des chaussures de trail légères – c’est possible si la météo est bonne et que l’on redescend rapidement. Mais il faut pour cela se sentir sûr en terrains alpins et ne pas trainer en route. Sans quoi je recommande l’utilisation de vraies chaussures de montagne, suffisamment chaudes.

Un ultra-trail exige le maximum physiquement. La tête doit être parfaitement préparée pour surmonter toutes les difficultés. (Hannes Namberger)

Hannes, de quoi est constituée une bonne chaussure d’ultra-trail à ton avis? Existe-t-il par exemple le drop parfait?

Hannes: Une bonne forme, une accroche efficace, un drop approprié et un bon comportement en foulée, même si en réunissant tous ces éléments, la chaussure parfaite n’existe pas à mon avis. Le choix de la pointure est très important. Je cours avec une taille de plus que mes chaussures normales, car mes pieds gonflent après 20km et mes orteils buteraient sur l’avant dans le cas contraire. La tenue doit aussi être très précise et ne pas provoquer de frottements, ce que l’on peut seulement découvrir après 20 ou 30km de course. 

Hannes en plein effort au Grossglockner

Dynafit athlète Pascal Egil et Hannes Namberger

Table of contents

Speed MTN Gore-Tex® Damen Speed MTN Gore-Tex® Femme
CHF 159.20 CHF 199.00
Alpine Pro Herren Alpine Pro Homme
CHF 132.30 CHF 189.00
Trailbreaker Herren Trailbreaker Homme
CHF 104.30 CHF 149.00
Trailbreaker Gore-Tex® Laufschuh Damen Trailbreaker Gore-Tex® Femme
CHF 125.30 CHF 179.00
Ultra Pro Damen Ultra Pro Femme
CHF 151.20 CHF 189.00
Trailbreaker Gore-Tex® Laufschuh Männer Trailbreaker Gore-Tex® Homme
CHF 143.20 CHF 179.00
Ultra Pro Männer Ultra Pro Homme
CHF 132.30 CHF 189.00
Feline SL Feline SL
CHF 118.30 CHF 169.00
Feline SL W Feline SL W
CHF 118.30 CHF 169.00
Transalper U Gore-Tex® Transalper U Gore-Tex®
CHF 167.30 CHF 239.00
Speed MTN Damen Speed MTN Men
CHF 179.00
Feline Up Pro Unisex - leichter Laufschuh für Bergläufe
Feline Up Pro
CHF 219.00
Trailbreaker Damen Trailbreaker Femme
CHF 104.30 CHF 149.00
Speed MTN Herren Speed MTN Men
CHF 179.00
Speed MTN Gore-Tex® Damen Speed MTN Gore-Tex® Femme
CHF 159.20 CHF 199.00
Alpine Pro Herren Alpine Pro Homme
CHF 132.30 CHF 189.00
Trailbreaker Herren Trailbreaker Homme
CHF 104.30 CHF 149.00
Trailbreaker Gore-Tex® Laufschuh Damen Trailbreaker Gore-Tex® Femme
CHF 125.30 CHF 179.00
Ultra Pro Damen Ultra Pro Femme
CHF 151.20 CHF 189.00
Trailbreaker Gore-Tex® Laufschuh Männer Trailbreaker Gore-Tex® Homme
CHF 143.20 CHF 179.00
Ultra Pro Männer Ultra Pro Homme
CHF 132.30 CHF 189.00
Feline SL Feline SL
CHF 118.30 CHF 169.00
Feline SL W Feline SL W
CHF 118.30 CHF 169.00
Transalper U Gore-Tex® Transalper U Gore-Tex®
CHF 167.30 CHF 239.00
Speed MTN Damen Speed MTN Men
CHF 179.00
Feline Up Pro Unisex - leichter Laufschuh für Bergläufe
Feline Up Pro
CHF 219.00
Trailbreaker Damen Trailbreaker Femme
CHF 104.30 CHF 149.00
Speed MTN Herren Speed MTN Men
CHF 179.00
Pascal Egli